Papa Francesco e le donne

Papa 2

Nuria Calduch-Benages, MN

Le jour de l’élection du nouvel évêque de Rome le monde entier a été surpris, mais le Pape François ne cesse de nous surprendre avec chaque jour qui passe. Il le fait à travers des gestes insolites auxquels nous ne sommes pas habitués, en utilisant un langage simple, direct et incisif, à travers une chaleur humaine qui impressionne et qui met parfois certains mal à l’aise. Par exemple, lors de la catéchèse de l’audience générale du 3 avril il a rappelé que ce furent des femmes les premiers témoins de la résurrection de Jésus : « Les femmes sont poussées par l’amour et elles savent accueillir cette annonce avec foi : elles croient, et immédiatement la transmettent, elles ne la gardent pas pour elles, elles la transmettent. La joie de savoir que Jésus est vivant, l’espérance qui remplit le cœur, ne peuvent pas être réprimées. Cela devrait également être le cas dans notre vie ». Ce fait surprenant, continue le Pape, « nous fait aussi réfléchir sur la manière dont les femmes, dans l’Église et dans le chemin de foi, ont eu et ont aujourd’hui aussi un rôle particulier en ouvrant les portes aux Seigneur, en le suivant et en communiquant sa Face, car le regard de la foi a toujours besoin du regard simple et profond de l’amour ».

Ses paroles simples et pleines d’émotion rallument en moi le souvenir de ses deux derniers prédécesseurs. Jean-Paul II fut un défenseur passionné du “génie féminin” (Mulieris dignitatem, 1988). Sa grande sensibilité l’amena à réfléchir sur la femme non seulement comme mère ou épouse, mais aussi comme fille et sœur, comme travailleuse et comme consacrée. Toutes les femmes et chacune d’elles, sans en exclure une seule : « À vous toutes, femmes du monde entier, mon salut le plus cordial ! » (Lettre aux femmes, 1995). Et Benoît XVI ne fut pas moindre. Qui ne se souvient de son dernier cycle de catéchèses sur les grandes femmes de l’histoire de l’Église ? Dix-sept femmes qui revivent dans ses paroles, celles qui se sont élevées bien au-delà des vicissitudes de leur temps, en vivant l’Évangile et en servant fidèlement l’Église ; elles nous montrent que suivre le Christ dans l’amour est l’essence de la vie chrétienne.

Courage, Pape François, tes prédécesseurs t’ont montré la route. Un horizon plein d’espérance s’ouvre à nos yeux.

© Copyright 2011-2015  Conseil Pontifical pour les Laïcs | Plan du site | Liens | Contacts