Evangelii gaudium, un précieux vademecum pour les laïcs d’aujourd’hui

poveri

L’Exhortation apostolique Evangelii gaudium est un document qui témoigne de l’extraordinaire passion missionnaire du Pape François. Par ce texte, le Saint-Père désire pousser toute l’Église à s’engager dans une nouvelle phase de l’évangélisation, marquée par un regain d’enthousiasme et de joie de l’Évangile. Le Pape lui-même nous y donne une clé de lecture de son Pontificat et de ses priorités.

En effet, si nous lisons attentivement l’Exhortation, nous ne manquerons pas de remarquer la nouveauté des surprenantes intuitions du Saint-Père. Tout d’abord, nous retrouvons dans Evangelii gaudium, des renvois – parfois mot à mot, parfois implicites – au Magistère du Pape François de cette première année de son pontificat. La réélaboration, dans le cadre organique et unitaire de Evangelii gaudium, des nombreuses déclarations incisives du Saint-Père que nous avons appris à apprécier « analytiquement », met en lumière un fait très important : le Pape François a en tête un projet vaste, cohérent et médité de renouvellement de l’Église centré sur l’évangélisation, un projet mûr qui est destiné à croître au fur et à mesure qu’il sera accueilli et traduit dans les faits. Nous sommes comme devant une grande mosaïque, dont nous avions jusque-là considéré seulement les pièces individuelles, mais que nous pouvons maintenant contempler, grâce à l’Exhortation apostolique, dans la totalité de son dessein.

Le Pape veut avant tout que l’Église redécouvre l’importance de la « dynamique de sortie », sa nature essentielle d’« l’Église pèlerine » qui plonge ses racines dans la christologie. « La communauté évangélisatrice expérimente que le Seigneur a pris l’initiative, il l’a précédée dans l’amour (cf. 1Jn 4, 10), et en raison de cela, elle sait aller de l’avant, elle sait prendre l’initiative sans crainte, aller à la rencontre, chercher ceux qui sont loin et arriver aux croisées des chemins pour inviter les exclus » (EG 24). Une Église qui renoncerait à suivre son Seigneur serait une Église malade : « Je préfère une Église accidentée, blessée et sale pour être sortie par les chemins, plutôt qu’une Église malade de la fermeture et du confort de s’accrocher à ses propres sécurités » (EG 49). Un autre aspect caractéristique de ce document est sans aucun doute la centralité du thème de la joie. Le Pape François a une prédilection particulière pour l’Exhortation apostolique Evangelii Nuntiandi de Paul VI, qui traite de la « douce et réconfortante joie de l’évangélisation » (n. 80). Pour le Saint-Père François, la joie constitue un véritable programme, le seul moteur capable de soutenir la « dynamique de sortie ».

Les récentes visites ad limina que plusieurs Évêques de différents pays et continents ont rendues à notre Dicastère, les témoignages des associations de laïcs, des mouvements ecclésiaux et des communautés nouvelles, confirment tous la forte influence qu’a l’enseignement du Pape sur la vie et la mission de nombreux fidèles laïcs. Le mérite d’un tel succès revient en partie à la grande capacité de communication du Pape François qui sait si bien parler au cœur de tous les hommes, même les plus simples. Une telle approche se révèle de grande importance pour le monde des associations de laïcs qui peuvent ainsi s’en inspirer pour frayer de nouvelles voies à l’évangélisation. En d’autres termes, l’adoption d’un langage concret facilite la réception et la mise en œuvre de l’Évangile. En effet, les fidèles se sentent écoutés et compris par le Saint-Père et en retour, ils accueillent volontiers ses directives.

Apparemment Evangelii gaudium ne semble pas réserver beaucoup d’espace à la réflexion sur les laïcs en tant que tels. Ils ne sont explicitement mentionnés que dans quelques paragraphes. Toutefois, il s’agit d’une fausse impression car l’affirmation de l’évangélisation comme devoir de tout le peuple de Dieu est au centre de l’Exhortation apostolique (cf. EG 111-134), et « les laïcs sont tout simplement l’immense majorité du peuple de Dieu » (EG 102). L’Exhortation se prête donc très bien à devenir un vademecum pour les laïcs d’aujourd’hui, une carte détaillée pour s’orienter dans la « dynamique de sortie ». Ainsi, pour tous les baptisés, Evangelii gaudium représente un nouveau point de référence essentiel. Il vient compléter l’Exhortation apostolique postsynodale Christifideles Laici (1988) dont l’objectif reste la promotion de la vocation et de la mission des laïcs. Le document du Pape François interpelle tous les fidèles, chacun selon sa situation particulière. Il donne une nouvelle orientation à tout le peuple de Dieu, considéré selon ses différentes articulations communautaires. En effet, les paroisses comme les associations de fidèles laïcs traditionnelles et nouvelles, ont besoin de retrouver un nouvel élan dans l’œuvre d’évangélisation. Comme l’a souligné le Saint-Père, dans une société caractérisée par un individualisme exaspéré comme la nôtre, (EG 78), les communautés chrétiennes courent le risque de s’aplatir dans une sorte d’autoréférentialité stérile, conséquence d’un repli craintif sur elles-mêmes, et renonçant ainsi à l’identité propre des baptisés (cf. ibid.)

Voilà donc le grand don de Evangelii gaudium : un témoignage vivant qui entend raviver la passion missionnaire dans toute l’Église, in capite et in membris… une conversion du cœur qui ne saurait ni ne voudrait laisser les choses telles qu’elles sont !


Message du Président


© Copyright 2011-2015  Conseil Pontifical pour les Laïcs | Plan du site | Liens | Contacts