Internet : une nouvelle frontière qui s’ouvre au début de ce millénaire

plenariaIMG_8152.CR2

Le choix du Conseil Pontifical pour les Laïcs de consacrer sa XXVIe Assemblée plénière au thème “Annoncer le Christ à l’ère numérique” découle d’un constat simple : en très peu de temps, le monde de la communication numérique a profondément changé le paysage culturel et social de notre planète.

La Cardinal Stanisław Ryłko, en ouverture des travaux de la première journée, a rappelé, citant le Pape Jean-Paul II, que le monde numérique, le “cyberspace” « est en quelque sorte une nouvelle frontière qui s’ouvre au début de ce nouveau millénaire. Comme toutes les nouvelles frontières des autres époques, celle-ci aussi est riche de dangers et de promesses […]. Pour l’Église, le nouveau monde du “cyberspace” est une exhortation à la grande aventure d’utiliser son potentiel pour proclamer le message de l’Évangile […] en particulier parmi les jeunes, qui se tournent de plus en plus vers l’univers du “cyberspace” comme vers une fenêtre ouverte sur le monde ».

Poursuivant son discours, le Cardinal Ryłko a déclaré : « C’est pourquoi, en planifiant nos travaux, nous avons voulu éviter les deux approches extrêmes qui dominent aujourd’hui le débat culturel sur cette question : d’une part, une tendance à diaboliser Internet qui ne voit que les menaces et les dangers dont il est porteur, et d’autre part, une attitude d’approbation inconditionnelle qui ne voit que les avantages des nouvelles technologies et de nouveaux langages, comme s’ils constituaient par eux-mêmes la garantie d’un avenir radieux pour l’humanité. Les deux thèses sont supportées par des publications, des études et des recherches qui les corroborent. Où est donc la vérité ? La seule certitude qui se dégage du Magistère est que le chrétien ne saurait faire l’économie du défi que lui lance les nouveautés liées à ce phénomène ».

Les travaux de la matinée se sont poursuivis par la conférence du Prof. Mario Pollo, qui a souligné combien l’avènement de la culture numérique a changé certains paradigmes dans lesquels, depuis toujours, l’homme a été habitué à vivre. Ainsi, l’espace/temps est devenu l’espace/vitesse. La crise de la notion de temps a réduit la capacité de planification et la déterritorialisation a remis en cause les communautés traditionnelles et en a créé de nouvelles basées sur le destin ou sur le sentiment.

Dans l’après-midi, la conférence du Prof. Tonino Cantelmi a mis en évidences les premiers indices de mutations psychocognitives liées à l’avènement des technologies numériques qui, de fait, jettent les bases d’une nouvelle anthropologie. Le Prof. Cantelmi pour sa part, a insisté sur la nécessité, pour cette dernière génération pré-numérique de l’histoire, de prendre conscience des énormes potentialités du phénomène Internet afin de les gérer au mieux.

En conclusion des travaux de la première journée de l’Assemblée plénière, la conférence du Père Antonio Spadaro a insisté sur le réalisme des expériences vécues sur Internet. Il a expliqué, citant le Pape Benoît XVI, que : « l’environnement numérique n’est pas un monde parallèle ou purement virtuel, mais fait partie de la réalité quotidienne de nombreuses personnes, en particulier des plus jeunes ». C’est pourquoi, « tant qu’on continuera à demander aux gens de passer des relations virtuelles à des relations réelles, on confirmera la schizophrénie d’une génération qui vit l’environnement numérique comme un espace purement ludique où libre cours est laissé à un second moi, à une identité double qui se nourrit de futilités éphémères, et vit comme dans une bulle dépourvue de réalisme physique, de contact réel avec le monde et avec les autres » .

Fine modulo


© Copyright 2011-2015  Conseil Pontifical pour les Laïcs | Plan du site | Liens | Contacts