Laissons-nous interpeler par la joie de l'Évangile

IMG_4169

Le Congrès de pastorale des jeunes d’Europe, organisé par le Conseil Pontifical pour les Laïcs et le Conseil des Conférences épiscopales d’Europe sur le thème « Une Église jeune, témoin de la joie de l’Évangile », entre aujourd’hui dans le vif de la réflexion. Prennent part à la rencontre plus de 130 délégués des Conférences épiscopales d’Europe, parmi lesquels des évêques, des responsables pastoraux, des jeunes et des représentants d’associations, communautés et mouvements ecclésiaux qui travaillent dans le domaine de la pastorale des jeunes.

Le débat a porté sur les orientations pastorales de l’Exhortation apostolique Evangelii Gaudium, relue selon un schéma en 4 points par le maltais, P. Fabio Attard, Conseiller général des Salésiens pour la Pastorale des jeunes.

S’adressant aux opérateurs de la pastorale des jeunes, le P. Attard a déclaré : « Nous devons repartir d’une prise de conscience du fait que « nous avons droit de cité dans cette société », et qu’il a plu à Dieu de nous faire vivre dans cet espace et ce moment historique, et pas dans un autre ». Nous vivons dans une société liquide, en constante évolution, où les menaces à la foi ne proviennent pas, comme on pourrait le penser, de groupes  minoritaires antireligieux, mais plutôt des grandes masses indifférentes à la foi, tout comme à d’autres valeurs importantes. Nous devons donc affermir notre foi, en faire un point de référence et puis créer des points de convergence entre tous ceux qui sont en recherche.

Les jeunes et l’Église vivent dans cette société. Nous voulons donc partager le don que nous avons reçu. L’expérience de foi n’est jamais une expérience d’exclusivité ou de fermeture : l’histoire de chaque jeune dans notre société nous interpelle tous. Aujourd’hui, les jeunes sont des orphelins aux parents vivants, des nomades qui cherchent des points de repère surs.

Dans ce contexte, nous devons, en tant qu’agents pastoraux, non seulement lire, mais aussi étudier et contempler l’Evangelii Gaudium. Le point de départ est l’Église, le lieu où tout prend origine. Il n’existe pas de pastorale des jeunes qui ne soit pas l’expression de l’Église. Nous avons besoin d’entrer dans un processus de conversion et pour cela, nous avons besoin d’esprits ouverts et intelligents. Ensuite, il y a l’annonce de l’Évangile sur laquelle nous devons travailler avec méthode et culture, mais aussi avec discernement. Cette proclamation n’est pas l’œuvre d’un seul individu mais le devoir de tous les baptisés. Enfin, nous devons être ouverts, sans crainte, à l’œuvre de l’Esprit Saint : c’est facile d’organiser des rencontres, mais c’est beaucoup plus difficile de faire en sorte que celles-ci produisent des fruits de maturité personnelle.

Après cette conférence passionnée, quatre expériences concrètes ont été présentées: Mgr Xavier Novell i Gomà, Évêque de Solsona (Espagne) ; Sr Nathalie Becquart, directrice du Service national pour la pastorale des jeunes en France ; Mgr Donal McKeown, Évêque de Derry (Irlande) ; P. Gregorio Suchodolski, directeur du Bureau national de la Pastorale des jeunes de Pologne et secrétaire du Comité d’Organisation Local de la JMJ de Cracovie 2016. Ces quatre témoignages renforcent l’idée d’un cadre complexe et dynamique, qui exige d’être affronté avec imagination, créativité et courage.

Le courage d’innover : voilà le thème choisi pour les groupes de travail qui se sont tenus dans l’après-midi. Les participants ont essayé, à la lumière de l’Evangelii Gaudium, de repérer les signes d’innovation  qu’on peut aujourd’hui relever dans la pastorale des jeunes en Europe, tant au niveau national que local. Leurs réflexions visaient également à vérifier comment la pastorale des jeunes s’efforce concrètement de répondre aux sollicitations de l’Evangelii Gaudium.

Alcuni spunti

- L’Evangelii Gaudium, un encouragement à cheminer vers une nouvelle manière d’être Église. L’exhortation nous invite à reconnaître et à accepter notre pauvreté. Cette acceptation nous permettra de sortir vers les pauvres sans crainte.
- Le rôle central de la famille et des corps intermédiaires qui aident les jeunes à devenir des protagonistes doit être valorisé dans l’action pastorale.
- Enfin, une proposition qui s’adresse surtout au CCEE : il serait utile d’avoir un centre européen de pastorale des jeunes ainsi qu’un observatoire sur la situation des jeunes en Europe ayant pour devise : « Les Églises d’Europe au service des jeunes ». 

© Copyright 2011-2015  Conseil Pontifical pour les Laïcs | Plan du site | Liens | Contacts