Si on veut vraiment connaître Jean-Paul II, il faut nécessairement aller à Cravovie!

IMG_4932

“Si on veut connaître Jean-Paul, il faut nécessairement aller à Cracovie, ville dont il a été l’Évêque pendant vingt ans”. Par ces mots, le Cardinal Stanisław Ryłko, Président du Conseil Pontifical pour les Laïcs, a introduit les travaux de la journée consacrée à la JMJ de Cracovie, lui qui a personnellement bien connu le Pape Jean-Paul, inventeur des JMJ.

Peu après lui, le Cardinal Stanisław Dziwisz, Archevêque de Cracovie, lui aussi intime de Jean-Paul II, déclarait: “Le mouvement qui est parti de Rome en 1984, et qui a fait le tour du monde, touchant les différents continents, arrive maintenant dans la ville où, d’une certaine façon, tout a vraiment commencé dans le mystère de Dieu”. Dans son intervention sur “L’importance de la JMJ pour le diocèse de Cravovie”, le Cardinal Dziwisz a mis en évidence les racines profondes du rapport de Jean-Paul II avec les jeunes. C’est à Cravovie que Karol Wojtyla “en a eu l’intituition prophétique, une ville ployée sous l’oppression idéologique; bien plus, c’est en scrutant cet écrasement qu’il a touché du doigt le fond de l’anéantissement humain et a pu ainsi imaginer des parcours alternatifs de libération de toute subjectivité jeune”. Donc, “quel poids ont eu les jeunes dans l’itinéraire de maturation personnelle de ce Saint, eux qui ont accouru jusque sous la fenêtre du Palais Apostolique pour l’accompagner dans son passage et lui faire ouvrir les portes du Rédempteur ? Et en plus, quel rôle ont joué les Journées Mondiales de la Jeunesse elles-mêmes, grâce à leur caractère apostolique et missionnaire, dans la traduction pratique des vertus de ce Souverain Pontif de Dieu ? Eh bien, il sera difficile de resister à ce qui semble, d’ores et déjà le caractère spécifique de la prochaine JMJ: l’idéal de sainteté”. On revient à la source inspiratrice des JMJ pour “relancer les paroisses, faire sortir les mouvements de leur enferment, rencontrer les jeunes qui vivent au seuil de nos milieux ecclésiaux, privilégier ceux qui, parmi eux, sont les plus pauvres, créer une plus grande familiarité entre les évêques et les jeunes, secouer les vocations, imprimer une touche chrétienne à l’atmosphère de notre époque…”.

Au nom de la Conférence Épiscopale de Pologne, S. Exc. Mgr Henryk Tomasik a présenté l’Église polonaise aux délégués qui prenaient part à la rencontre: une Église qui, dans le sillon de Sœur Faustina Kowalska, et selon l’itinéraire tracé par le Pape François pour les prochaines JMJ, se veut un “Campus Misericordiae”, un champ de miséricorde pour les jeunes pèlerins qui la visiteront en 2016.

La présentation du Comité d’Organisation Local (COL) a introduit les délégués dans le vif du sujet. Celui-ci est présidé par le Cardinal Dziwisz. Le Coordinateur général est S. Exc. Mgr Damian Muskus tandis que le Père Robert Tyrała en est le Directeur Exécutif.

Une bonne partie de la journée a été consacrée aux aspects organisationnels de la JMJ. Tous les délégués ont pu ainsi souligner les problèmes rencontrés lors des éditions precedents et partager leurs expériences dans le but de permettre aux jeunes du monde entier de vivre au mieux leur cheminement vers Cracovie 2016.

Le Cardinal Dziwisz a de nouveau fait mémoire du Bienheureux Jean-Paul dans son homélie au cours de l’Eucharistie qu’il a presidée en présence de ses Reliques. Il a encore souligné combien “les jeunes ont eu une importance particulière dans sa façon de vivre le ministère pétrinien”.

Si on veut vraiment connaître Jean-Paul II, il faut nécessairement aller à Cravovie!



© Copyright 2011-2015  Conseil Pontifical pour les Laïcs | Plan du site | Liens | Contacts