Mouvements et communautés nouvelles et l’Année de la foi

incontro-san-pietro-17

Le commencement de l’Année de la foi est à nos portes et les mouvements et communautés nouvelles sont déjà très actifs pour encourager une réflexion approfondie et des programmes adéquats dans lesquels ils s’impliqueront, tant dans l’organisation d’événements, qu’aussi et surtout en tant que lieux où des itinéraires spécifiques de foi, engendrés par leurs charismes respectifs, permettent la renaissance et la croissance de chrétiens solides et stables.

C’est ce qui est ressorti de la réunion annuelle des délégués des communautés nouvelles et des mouvements internationaux les plus répandus dans le monde, invités par le Conseil Pontifical, le 27 juin 2012, dans la grande salle de réunion du dicastère. Cette rencontre a vu la participation de trente deux associations, soit plus de soixante personnes.

«Ces nouveaux charismes – a dit le cardinal Stanisław Ryłko en saluant les personnes présentes – sont un des précieux fruits du Concile, de son ecclésiologie renouvelée et de la théologie du laïcat. Même si certains mouvements sont nés avant, seul le Concile a permis de comprendre la véritable portée ecclésiologique de ces réalités. Par conséquent, le 50ème anniversaire de l’ouverture du Concile, que veut célébrer l’Année de la foi, nous est particulièrement cher».

Dans son introduction, le cardinal s’est beaucoup attardé sur la crise de la foi que traverse la société occidentale et qui trouve chez le Saint-Père un observateur attentif, capable d’en analyser les causes et d’en prévoir les conséquences dramatiques.

Dans ce contexte, l’Année de la foi «est une invitation à une conversion authentique et renouvelée au Seigneur» (Porta Fidei, n° 6), une occasion de repenser sa foi, d’une nouvelle annonce à offrir à ceux qui l’ont abandonnée.

Comment les mouvements et les communautés nouvelles se situent-ils face à cela ? De l’observatoire privilégié de ce dicastère, “maison commune” des mouvements et communautés nouvelles, le cardinal Ryłko a souligné quelques traits typiques de ces nouvelles réalités ecclésiales qui en font des lieux de découverte de la foi. Dans de nombreux cas, leur parcours de formation part de la rencontre avec Dieu, à partir d’une véritable conversion. L’appartenance globalisante qui embrasse toute la vie, toute la personne, est importante aussi, car elle fait jaillir l’unité entre la foi et la vie. En outre, le “facteur communauté” est déterminant. «Aujourd’hui, un chrétien seul – a affirmé le cardinal Ryłko – risque de se perdre, d’être écrasé par les nombreux messages anti-évangélisation».

Mais devant la nouveauté apportée par ces nouvelles réalités, le cardinal a voulu exhorter les présents à ne rien donner pour acquis. «Aucune méthode ne possède une efficacité garantie. Notre liberté est toujours en jeu. Derrière les très beaux fruits de la foi courageuse, de la foi missionnaire que vous portez, il doit toujours y avoir un grand travail de prière et d’écoute de la parole de Dieu».

Les interventions des participants ont montré leur clairvoyance sur ce qui est plus nécessaire pour que l’homme contemporain redécouvre les sources authentiques de la foi. Les initiatives de mouvements et de communautés nouvelles, comme cela est apparu, se concentreront, de fait, non pas tant sur les moments ou les événements de célébration, mais plutôt sur l’approfondissement de ce qui est déjà mis en œuvre, en tenant compte des thèmes de l’Année de la foi, chacun selon son charisme et sa méthode : certains s’efforceront donc d’approfondir les documents du Concile et de proposer le Catéchisme de l’Eglise catholique dans ses programmes de formation traditionnels ; d’autres d’organiser des rencontres et des veillées de prière, des “écoles de la foi” ou des cheminements et retraites spécifiques pour ceux qui s’approchent de la foi ; d’autres encore s’engageront dans des missions spécifiques à l’école ou dans les milieux de travail, en proposant des rencontres de témoignages.

Pour la veillée de Pentecôte (18 mai 2013), le calendrier de l’Année de la foi prévoit une veillée de prière place Saint-Pierre avec les mouvements et les communautés nouvelles. Le cardinal Ryłko a assuré aux participants qu’ils seront informés de l’organisation de cet événement afin que tous puissent y être impliqués.

Card. Stanisław Ryłko - Aula magna del PCpL, 27 giugno 2012 - Intervento introduttivo all'incontro con i delegati dei movimenti ecclesiali e delle nuove comunità
Zenit.org - Interview à Mgr Miguel Delgado, sous-secrétaire du Conseil Pontifical pour les Laïcs

© Copyright 2011-2015  Conseil Pontifical pour les Laïcs | Plan du site | Liens | Contacts